Jimmy Pahun | Bénédiction de l’école Sainte-Anne à Plouhinec
16131
post-template-default,single,single-post,postid-16131,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-9.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Bénédiction de l’école Sainte-Anne à Plouhinec

Samedi 14 avril, à l’occasion de l’inauguration des nouveaux locaux de l’école privée Sainte-Anne (Plouhinec), je suis intervenu pour revenir sur les mots que le Président de la République a exprimés à l’égard des Catholiques devant les évêques de France. J’ai aussi insisté sur les politiques mises en œuvre pour renforcer l’instruction dès le plus jeune âge dans le but d’assurer la réussite de toutes et de tous.

Discours

Samedi 14 avril 2018 – Plouhinec

C’est pour moi un grand plaisir d’être parmi vous et de vivre ce moment important pour les élèves, leurs parents et le corps enseignant. Car c’est un signe de la vitalité et du dynamisme de Plouhinec et de notre territoire.

Avant de revenir en quelques mots sur la politique qui a été mise en place en faveur de l’enseignement maternel et primaire, je ne peux faire l’impasse, je crois, sur un sujet qui, cette semaine, a agité les esprits, si ce n’est chez certains, a bouleversé les consciences.

Je veux évidemment parler du discours du Président de la République aux évêques de France. Ce discours a beaucoup fait parler et beaucoup ne l’ont pas compris. Nulle atteinte portée à la loi de 1905. Nul reniement de la séparation de l’Église et de l’État. Simplement, les mots bienveillants d’un chef de l’Etat à l’égard d’une partie significative de la Nation qu’une même foi rassemble. Le Président s’est adressé aux Catholiques de France pour louer leurs valeurs d’humanisme et de dévouement et pour les encourager à porter ces mêmes valeurs dans le débat public. Ce faisant, il les a aussi invités, sur certains sujets, à préférer le questionnement à l’affirmation.

Une parole bienveillante donc, d’ouverture, mais qui se veut ferme sur l’application du principe de laïcité. Principe fondateur de notre République, garant de l’égalité de tous et la liberté de conscience de chacun.

Refuser d’entendre les gens de foi, les mettre au ban de notre société c’est les pousser vers les extrêmes, loin de la République et de ses valeurs.

Un état d’esprit bien différent donc de celui qui anime l’enseignement dispensé à l’école Sainte-Anne, où les valeurs d’ouverture, d’épanouissement, de respect, de solidarité, d’exigence et d’accompagnement sont au cœur de son projet pédagogique. En ce sens, l’école Sainte-Anne offre un bel exemple de ce que les écoles privées apportent à nos territoires et à la France.

L’enseignement maternel et primaire est fondamental dans le développement de nos enfants. Bien souvent, c’est à ce stade, très tôt, que naissent les inégalités qui plus tard empêcheront les uns et les autres de s’épanouir pleinement dans les domaines qui les passionnent.

Pour cette raison, le gouvernement a décidé de dédier des moyens supplémentaires aux écoles du réseau prioritaire d’éducation afin de dédoubler les classes de CP et CE1. Je tiens à préciser que cela ne s’est pas fait au détriment des écoles situées en milieu rural, contrairement à ce qui a pu être dit parfois.

La maternelle fait également l’objet d’une attention particulière. Les Assises de l’école maternelle ont été lancées le 27 mars et à cette occasion l’annonce a été faite de l’abaissement à 3 ans de l’instruction obligatoire. Ces Assises doivent permettre la définition d’une stratégie en faveur de nos plus jeunes enfants, basée sur le langage et l’épanouissement.

La maitrise de la langue française est à cet égard un défi majeur que s’est lancé le gouvernement. Parce que « notre langue et nos cœurs doivent être à l’unisson » disait l’Abbé Grégoire, l’aisance dans la langue française assure la bonne progression de l’élève et plus tard son insertion sur le marché du travail, mais aussi et surtout elle permet la cohésion de la Nation autour des valeurs qu’elle porte en elle.

Je conclurai remerciant encore en vous rappelant aussi mon entière disponibilité auprès des habitants de la circonscription. Ma permanence vous est grande ouverte. J’insiste dessus car, nous parlementaires nous avons besoin d’être au contact directe de nos concitoyens pour mener à bien notre mission.

(seul le prononcé fait foi)

Lien presse : https://bit.ly/2JarApp

No Comments

Post A Comment

Please copy the string AVYlX8 to the field below: