Jimmy Pahun | Auray-Paris Le Blog
16071
post-template-default,single,single-post,postid-16071,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-9.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Auray-Paris Le Blog

La commission à laquelle j’appartiens, celle du développement durable, était reçue lundi soir par le Président de la République.

 

Quand j’ai sauté dans le taxi et lui ai dit « à l’Élysée », ce n’était pas sans émotion. J’étais déjà venu dîner un soir, mais c’était chez le sous-préfet de garde, le camarade socialiste Jean-François Gueullette, en entrant à droite, mais jamais je n’avais monté les marches du perron !

 

Et le Président est arrivé, annoncé par un officier. Un long discours, comme souvent sans note, nous rappelant la feuille de route du gouvernement à travers la conférence nationale des territoires. Notre commission sera particulièrement pro-active sur les lois relatives à la mobilité qui passera en avril et sur le logement en mars. A ce propos, le groupe MoDem se bat pour que les « dents creuses » trouvent leur place dans cette loi. 

 

Emmanuel Macron a insisté également sur la méthode de travail, prenant pour exemple Notre Dame des Landes et Fessenheim, le dialogue avec tous, des élus aux associations. Il a vanté le travail et le plan climat de Nicolas Hulot, la fin des extractions d’hydrocarbures en 2040, la fin de la commercialisation des véhicules à essence d’ici 2030, les aides financières contre les passoires thermiques. Toutes ces mesures je dois les faire connaître, c’est mon rôle de député.

 

Le Président nous a, ensuite, parlé de l’artificialisation des sols et du travail pour revenir à d’autres méthodes que le glyphosate. Il parait qu’entre Pontivy et Loudeac nous avons la « Silicone Valley » de ces désherbants propres à la sauvegarde de la biodiversité et notamment de celle des océans.

 

Enfin, il a rappelé le programme pluriannuel de l’énergie (PPE), qu´il ne fallait surtout pas oublier l’aide aux Énergies Marines Renouvelables (EMR), qu’il fallait en changer la philosophie et avoir des clauses de revoyure fréquentes pour ne pas octroyer de rente aux entreprises. C’est ce qui a été voté ce mardi dans le cadre de la loi ESSOC.

No Comments

Post A Comment