Jimmy Pahun | Premières semaines à l’Assemblée Nationale
15956
post-template-default,single,single-post,postid-15956,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-9.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
Jimmy pahun-assemblee

Premières semaines à l’Assemblée Nationale

Retour sur les premières semaines de travail à l’Assemblée :

Nous avons clôturé une session qui aura été riche d’enseignements pour les nouveaux élus, nombreux, dont je fais partie. En quelques semaines, nous avons débattu deux textes majeurs, deux futurs marqueurs de cette législature. D’abord la loi pour le renforcement du dialogue social, l’outil qui nous permettra d’endiguer le chômage, de libérer et protéger, mots chers au Président de la République, et d’autre part la loi pour la confiance dans la vie politique.

On a répété à l’envi du côté des oppositions que cette loi serait insuffisante à apporter un remède sérieux, qu’elle était étriquée, qu’elle n’abordait pas tous les sujets en lien avec la régulation de la vie publique. Alors oui, de même que la baisse du chômage, la confiance dans les élus ne se décrètera pas. Pour regagner l’estime et la confiance, beaucoup dépendra de la façon dont nous travaillerons ensemble. Et quand on voit par quelles invectives et par quels débats laborieux il nous faut passer pour déboucher au final sur une quasi-unanimité – passée inaperçue ou presque auprès des médias – on se dit que, peut-être, la première chose qu’il faudrait admettre, c’est qu’être tous d’accord sur un texte n’est pas nécessairement déshonorant.

Et, de même que les oppositions ne doivent pas surjouer des postures convenues, le gouvernement doit être à l’écoute de toutes les bonnes propositions, venant de la majorité comme de l’opposition. Je pense à l’amendement de M. Molac, député de la majorité, sur les prêts émanant des partis politiques. Je pense également à celui de Mme Batho sur les liens entre collaborateurs et lobbies.

Nos collègues du groupe Les Républicains voulaient clairement revenir sur la suppression de la réserve parlementaire, mesure symbolique et promesse de campagne du Président de la République. Or, selon moi, restaurer la confiance, c’est avant tout tenir ses promesses, et soutenir les mesures qui ont suscité l’adhésion des citoyens.

No Comments

Post A Comment

Please copy the string eWfrDk to the field below: